Accompagnement soin

Sr B 102 ansL’approche des soins est sous tendue par trois principes :

  • La personne est considérée avant sa maladie.
  • Les services s’ajustent à la personne, à ses besoins et non l’inverse.
  • Les accompagnements ne sont pas orientés sur les déficits, mais sur les ressources et les capacités de la personne.

Le pôle soin repose sur une équipe qui se compose d’infirmier(e)s d’aide-soignant(e)s, d’assistant(e)s de soins en gérontologie (ASG), d’accompagnant(e)s éducatifs et sociaux (AES), d’agents de soins sous la responsabilité du cadre de santé. Médecin coordinateur, psychologue, et psychomotricien complètent cette équipe.

En outre onze médecins traitants interviennent également en exercice libéral, sur l’établissement, un kinésithérapeute (5 jours par semaine et un pédicure (tous les 15 jours). 

Chaque résident reste libre du choix de médecin traitant à qui il est demandé de transmettre les observations et prescriptions dans le dossier médical de la Maison St Joseph.

 

Sr B 94 ansLa philosophie des soins repose sur un accompagnement global et individualisé du résident.

Le respect de la personne âgée, le recueil de sa parole, de son choix et le maintien de son autonomie sont les principes qui vont guider l’accompagnement des résidents par l’équipe soignante.

L’approche développée à la Maison Saint Joseph encourage la liberté d’aller et venir de la personne, afin de conserver au maximum ses capacités. En effet, laisser à la personne la possibilité de se déplacer librement préserve l’estime de soi et contribue à son autonomie. Maintenir l’autonomie de la personne passe par la possibilité de pouvoir tenter, essayer, risquer. Accepter la notion de risque (et pas seulement le risque de chute) contribue au bienêtre de la personne. Une balance bénéfice-risque est systématiquement réalisée.

Nous pensons que l’estime de soi et le sentiment d’utilité se préservent à travers les gestes du quotidien. C’est en laissant à la personne la possibilité de se laver, de manger, se vêtir, et participer aux tâches quotidiennes elle-même, qu’elle maintiendra son autonomie et une forte estime d’elle-même. De plus, les accompagnements à l’hygiène ne sont pas régis par un horaire préétabli : les résidents sont accompagnés quotidiennement selon leurs besoins, au moment où ils en ont besoin.

 

accompagnement soins ehpad st joseph vernaisonLe défi est quotidien ! Car il n’y a pas d’heure fixée pour le coucher, le lever ou le déjeuner. Les habitudes de vie de chacun sont respectées et, pour certains, les soirées se prolongent jusqu’à une heure avancée.

Les repas du midi et du soir constituent cependant des moments privilégiés partagés par tous, professionnels compris, dans la salle à manger. Certaines personnes peuvent parfois décider de manger seules ou au salon avec des invités. De la même façon, les résidents peuvent très bien satisfaire une fringale à toute heure du jour ou de la nuit.

Nous souhaitons que le quotidien des personnes qui vivent à la Maison Saint Joseph ressemble le plus possible à ce qu’il a toujours été. C’est pourquoi nous évitons d’imposer des règles contraignantes dans le fonctionnement de la maison.

Le PASA (Pôle d’Activités et de Soins Adaptés) et l’Unité de vie

PASA

La Maison Saint Joseph possède un accompagnement spécifique, relevant d’un PASA (Pôle d’Activités Spécifiques Adaptées).

Ce PASA est un lieu où les résidents ayant des troubles de la mémoire ou autres troubles cognitifs spécifiques sont invités à se rendre, à la journée ou demi-journée. Sont proposées des activités variées (ludiques, relationnelles, physiques, créatives, etc.), une le matin, une l’après-midi. Ces activités sont proposées en fonction des centres d’intérêts des résidents fréquentant le PASA, et de leurs souhaits également. Le repas de midi est proposé sur place aux résidents présents, et peuvent être pris également en terrasse lors des beaux jours. Cet accompagnement a pour but de solliciter les résidents sur leurs capacités, afin de les entretenir, mais aussi les aider à trouver des repères, et passer un moment privilégié dans un cadre rassurant, permettant de faciliter une mise en lien rendue difficile du fait de leurs troubles

Pojet de soin 2ème étage

Une philosophie d’approche

En tant qu’ehpad, nous accompagnons au quotidien, dans leur lieu de vie, des personnes âgées. Ces personnes âgées présentes de plus en plus des troubles cognitifs divers, dont les plus fréquents sont des troubles de la mémoire et une désorientation temporo-spatiale, sources fréquentes d’angoisse, de sentiments d’étrangeté voire d’insécurité. Dans ce genre de situation, l’apathie a tendance à prendre le dessus, les gens sont alors tentés de prendre de moins en moins d’initiative, afin de limiter leurs échecs, et quand ces résidents ne savent plus faire et n’ont plus les moyens de comprendre ce qu’on leur veut quand on les approche, l’agressivité parait, signe de colère ou vécu d’insécurité.

Nous nous sommes inspirés de l’approche québécoise de Carpe Diem (N. Poirier), afin de cheminer en équipe sur les questions que nous posent cet accompagnement, et d’adapter au mieux l’environnement et l’approche de ces résidents que nous accompagnons au quotidien, dans les soins et dans la vie.

Que pouvons-nous changer dans notre attitude, notre organisation, pour se faire comprendre de ces résidents et les accompagner au mieux? Pour qu’ils ne renoncent pas à la vie devant les difficultés que représentent les symptômes de leur pathologie, et qu’ils se risquent, avec les moyens qui sont les leurs, à toujours tenter la rencontre ?

Il nous est apparu rapidement que certaines situations, certaines approches, pouvaient apaiser, rassurer, rendre la rencontre plaisante, et certaines autres avoir l’effet contraire. Nous avons pu vérifier que l’enthousiasme, comme la communicabilité pouvaient être contagieux, et avoir un effet entrainant pour ces résidents, pour peu qu’on sache les accueillir comme ils sont. Ainsi, participer nous-mêmes à ce que nous souhaitons les amener à faire a un effet mobilisateur. Notre état interne (émotionnel, préoccupationnel…)  influence beaucoup notre manière d’être en lien, d’autant plus si le langage verbal de désagrège.

Nous avons constaté que nous sommes vite tentés de parler de troubles du comportement, lorsqu’il y a incompréhension et difficulté de communication, et d’en appeler à une médicalisation. Le cheminement de ce projet de soin spécifique nous a mis en alerte quant à cette facilité et nous a poussés à organiser les choses en questionnant l’environnement et notre approche, avec le contexte qui est le nôtre en termes de moyens matériels et humains.

------------

Le deuxième étage est un étage qui centralise à St Joseph, les résidents ayant des pathologies de la mémoire et des troubles cognitifs. Ce regroupement de résident nécessite une adaptation de l’accompagnement en fonction de ces troubles, et du nombre importants de résidents sur l’étage.

Ces pathologies nécessitent un accompagnement de proximité spécifique, afin de rassurer les angoisses qui sont fréquentes, contenir en donnant des repères relationnels et temporels, désamorcer les éventuels conflits entre résidents, guider ces résidents dans les tâches de la vie quotidienne, le plus possible, en sollicitant leurs capacités. En participant, en initiant les gestes, les résidents bien souvent se mettent à les réaliser eux-mêmes, par effet miroir. Le guidage verbal devra s’accommoder à la gestuelle, au langage infra-verbal, corporel, afin d’être plus perceptible par les résidents. Ces tâches peuvent se réaliser au sein même des soins, accompagnement à la toilette, lever, coucher, et tout au long de la journée dans un espace accueillant, rassurant, convivial. Pour cela, il est nécessaire de prendre le temps d’entrer en relation avec le résident, de s’assurer de cette mise en lien avant d’entreprendre quoi que ce soit. Un besoin de constance dans l’approche qui sera personnelle est nécessaire, en privilégiant l’invitation au « faire avec », en trouvant le juste milieu entre ne rien dire et tout décrire, en demandant à la personne ce qu’elle en pense.

Nous éviterons de stimuler la mémoire à court terme, qui est la mémoire la plus atteinte, en questionnant sur les éléments qui viennent de se passer. Nous chercherons par les petites activités proposées et les conversations à favoriser l’échange d’expérience, les avis et les goûts. Nous garderons l’idée qu’en prenant son temps, cela va plus vite, dans le sens où si l’on fait ressentir aux résidents que l’on est pressé, il y a des chances pour qu’ils s’opposent ou s’angoissent, affectés par note état interne propre.

Accompagner, c’est marcher à côté… proposer sa main, son bras…

Le regroupement spontané des résidents dans la journée se fait la plupart du temps sur des lieux de passage, là où il y a du mouvement, de la vie, lieu où ils peuvent observer et croiser le personnel. Afin d’éviter que les résidents restent à errer dans les couloirs, au grès des altercations éventuelles, nous faisons le projet de faire vivre la salle à manger centrale, afin d’accompagner tout au long de la journée les résidents qui le souhaitent, en partageant des temps de repas avec eux, et en leur proposant quelques animations très simples. Cela est possible si le personnel est présent dans cet espace, le fait vivre, et invite les résidents à s’y rendre, à participer à la vie du groupe ainsi constitué.

Une présence guidante :

Ce projet d’équipe prévoit ainsi la mise en place d’un soignant sur la journée au 2ème, afin d’accompagner les résidents, sur la continuité de la journée, en lien avec les équipes de l’office. Nous rappelons que l’objectif de cet accompagnement est de contenir les errances et les possibles angoisses des résidents, de pouvoir de ce fait désamorcer la survenue d’éventuels conflits, et d’établir du lien entre les différents résidents lorsque cela est possible. Il n’est pas d’obliger tous les résidents à passer toute la journée dans ce lieu, mais de le laisser à disposition de leurs promenades dans la maison. En faisant vivre ce lieu de vie, salle à manger et salon, le soignant présent pourra être un repère pour ces résidents qui se sentent souvent perdus et démunis, et pourra donner à ce lieu une attirance particulière.

Pour l’instant ce poste ne sera pas effectif le week end.

Ce soignant est en tenue de civil, afin de mettre en relief le lieu de vie convivial plus que le lieu de soin, il peut aider, tout comme le personnel de l’office, et guider les résidents, notamment le matin puisqu’ils ont à disposition, un buffet de petit-déjeuner, préparé par l’équipe de nuit (afin qu’ils puissent être sollicités pour poser des choix). Il peut proposer une petite collation en milieu de matinée et d’après-midi, il aide les résidents qui le peuvent à dresser les tables pour le repas de midi, prend le déjeuner avec les résidents tout comme un des agents de service hôtelier de l’office, puis sollicite l’aide des résidents pour le débarrassage. La disposition à table reste libre pour l’instant, le soignant pouvant orienter certains lorsqu’une mésentente est avérée, sauf pour les résidents nécessitant une aide pour la prise du repas, qui seront à une même table. Le médecin coordinateur, la psychologue, la psychomotricienne ou encore le cadre de santé ou une infirmière pourront participer de temps à autre à ces repas. Les résidents sont ensuite invités à prendre le café au salon, pendant que le personnel de l’office fini le nettoyage de la salle. Un cahier de liaison est sur place pour le personnel de l’office. L’objectif est de créer au moment du repas, une ambiance conviviale et apaisée.

De petites activités peuvent être proposées (lecture du journal, écoute musicale, chant, ballades, jeux flash, pliage du linge plat, jardin…). L’achat d’un meuble à roulettes, est prévu pour mettre à disposition le matériel nécessaire.

Ce soignant assistera à la relève uniquement du vendredi, et pourra faire des transmissions soins sur le logiciel de soin, et noter en messages les questions d’organisations soulevées.

Ainsi, nous proposons d’adapter le plus possible cet accompagnement à l’accompagnement type dispensé dans les unités Alzheimer, à savoir :

  • Une souplesse en termes d’organisation qui permette de respecter le plus possible la temporalité des résidents (en termes de sommeil, d’alimentation…)
  • Un accompagnement qui sollicite le résident pour qu’il fasse le plus possible les choses avec lui-même, avec lui, et non à sa place, pour tous les gestes de la vie quotidienne (toilette, habillage, lit, rangement ou dérangement de sa chambre…)
  • Eviter l’accompagnement directif et favoriser l’expression des ressentis et des émotions (validation), privilégier les prises de repères. Ne pas forcer un résident qui refuse un soin.
  • Solliciter les résidents pour les tâches ménagères comme mettre le couvert, débarrassé, passer le balai, lingettes, etc.
  • Equipe partage le repas des résidents en s’installant à table avec eux pour maintenir leurs capacités mais aussi animer la convivialité des lieux.
  • Inviter les résidents à venir prendre leur petit-déjeuner à la salle à manger, en leur laissant la possibilité de choisir les ingrédients et de se servir eux-mêmes, faire les choses avec eux lorsqu’ils ont besoin que l’on initie les gestes.
  • Buffet et chariots à disposition avec vaisselle pour les mises de couvert, et nourriture en cas de besoin sur la journée (corbeille de fruit,…)
  • Jeux, revues, Vite lu, à disposition côté salon dans une petite bibliothèque, poste de radio.

L’idée principale de cet accompagnement est donc de faire vivre ces lieux où les résidents peuvent se retrouver s’ils le souhaitent, en les rendant conviviaux, que ce soit la salle à manger, le salon, ou encore l’espace véranda, par la présence d’une équipe qui puisse guider, accompagner, temporiser, sécuriser, écouter, désamorcer…

accompagnement soins ehpad st joseph

© 2021 Maison St Joseph. Tous droits réservés. Mentions légales - Données personnelles - Index de l’égalité professionnelle

Réalisation : Com Onweb

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Mesure d'audience

Ce site utilise des cookies de mesure et d’analyse d’audience, tels que Google Analytics, afin d’évaluer et d’améliorer notre site internet.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que NotAllowedScript664a85302a9bcReCAPTCHA, Google NotAllowedScript664a853029d1fMaps, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

  • Google Maps
  • reCaptcha V2

Session

Veuillez vous connecter pour voir vos activités!

Autres cookies

Ce site web utilise un certain nombre de cookies pour gérer, par exemple, les sessions utilisateurs.